lundi 31 août 2015

Réflexions#15

Vu sur la vitrine du MaqueDalle : Wifi gratuit… sauf entre 12 h et 14 h…. Ben voyons !
nb : ça ne veut pas dire qu’il est payant entre midi et deux, ça veut juste dire qu’il n’y a pas de Wifi ! Ben voyons !

Quand je raconte mes vacances et que je parle de fêtes de village, les gens semblent ne pas comprendre de quoi je parle :
La fête de ton village ?
Non, pas seulement de tous les villages…
Des kermesses ?
Non rien à voir !

Pourtant les fêtes de villages, les bals de campagne, ça existe partout, pas seulement autour de Petite Ville du Sud !

goblets.jpg
 

Récemment je parlais des gobelets consignés que l’on peut se faire rembourser ou garder en souvenir. C’est une bonne idée, c’est écolo, c’est le verre “siglé” fête à Petie Colline, à Cémonsac, à Perche-leBreil etc… Ça évite le ramassage des multiples gobelets en plastique le lendemain (on peut toujours demander son gobelet en plastique si on ne veut pas payer la consigne 1 €)

Mais voilà il faut se trimballer son verre toute la soirée ! On ne se le fait pas rembourser après avoir bu, sauf si on est sur de ne jamais en boire un autre parce qu’il n’est pas toujours facile d’accéder à la buvette.. Et quand on y va c’est pour le faire remplir !
Ouf j’arrive toujours à trouver un barman qui me connaît et me repère malgré ma petite taille !
Du coup je prend un sac à dos utltra léger pour caser mon verre quand je veux danser. L’ennui c’est que mes filles et gendres me disent : tu peux prendre le mien aussi ?

À la Sauvageonne il y en a une trentaine, les ados s’en servent pour boire le soir au bord de la piscine. J’en ai une dizaine chez moi de toutes les fêtes…
Je les aime bien parce qu’ils sont gradués en centilitres (rare) et 5 cl c’est la dose de rhum pour le mojito.
On a même songé à créer un verre “Sauvageonne” mais bon il faut commander de grosses quantités pour avoir des tarifs intéressants !

Mais idem quand j’ai parlé de ça à mes collègues, c’est comme si je parlais d’une coutume d’un vague pays du fin fond de l’Asie

Je ne supporte pas les moteurs qui s’arrêtent ! Quand je suis à pied et que j’entends un moteur s’arrêter, j’ai envie de dire : t’as calé mon gars !
Si je suis en voiture avec quelqu’un qui a une voiture comme ça, je lui demande comment il supporte ça ! Et plutôt que d’avoir l’impression d’être dans une voiture bourrée d’électtronique, j’ai l’impression d’être dans une vielle gimbarde, genre Ami 6 ou 2 Cv (encore que ça ne devait pas caler tant que ça)

Paraît qu’on est pas obligé de choisir l’option, on peut déconnecter !
Bon à savoir ! Mais bon vu que j’ai toujours des vieilles break d’occase (pas Ami 6 quand même), et encore un lecteur de CD le jour où j’aurais une “voiture qui cale au feu rouge” j’aurais probablement 85 balais !

Ne le repètez pas, mais je me suis laissé dire que ça sert pas à grand chose ! Un peu comme l’heure d’été, quoi ! Hihi !

samedi 29 août 2015

Fusion

Suite du billet Paradoxe

Je suis presque sûre qu’en lisant le billet paradoxe, certains parmi mes rares lecteurs ont pensé au mot “fusionnel”.

Certaines phrases en effet peuvent porter à confuison : je goûte tellement sa présence, je veux profiter de chaque seconde…

Hé bien non justement ! Le paradoxe c’est tout le contraire de la fusion !

Le couple fusionnel, j’en ai peut-être rêvé, j’ai peut-être cru que c’était bien, j’en ai eu un sous les yeux des années durant (mes parents) mais ce n’est pas du tout mon truc !

Il n’y a rien qui ne m’agaçe plus que ces couples qui s’appellent 15 fois par jour au bureau, qui se racontent les moindres détails de leur vie, jusqu’au parfum du yaourt qu’ils ont mangé à la cantine.
De ceux qui sont incapables d’aller faire les courses seuls, qui ne savent pas conduire et dépendent de l’autre, accompagne l’autre chez le médecin meme pour un rhume…

Fusionnelle je l’ai été avec Martine… Et j’estime qu’elle a fait beaucoup de dégât en pensant à ma place, en me surprotégeant, en étant intrusive mais c’est une autre histoire.

Fusionnelle je l’ai été avec Athéna, cela venait plus d’elle, petite fille, elle ne suivait jusqu’aux toilettes, plus tard nous avons énormément papoté. Artémis préfèrait qu’on la laisse seule, et n’est pas bavarde.

Mais Athéna a fini par en souffrir et à m’en vouloir, et moi à l’époque où j’étais très seule j’avais très peur aussi, je ne voulais pas faire de mon aînée ma confidente. J’ai déjà raconté dans un billet ce que m’évoque ces couples mères-filles.

Athéna a fini par partir vivre loin, nous sommes toujours proches mais pas fusionnelles.

Je pense que ça reflète une insécurité, ça n’a qu’un temps. C’est normal de la part d’une fille, mais ça peut-être grave si ça vient de la mère. Je me souviens d’une femme qui m’a dit que sa relation était fusionnelle avec ses 4 enfants !
J’ai trouvé ça très inquiétant car impossible ! Qui peut prétendre avoir 4 enfants qui se ressemblent ? Je me suis dit que c’était probablement sa vision des choses à elle, son insécurité.

Mais revenons au couple.

Car moi le côté fusionnel me gêne, m’étouffe. Il y a des tas de choses que j’aime faire seule. Tiens comme là maintenant, écrire ! Je ne supporte pas qu’on me demande ce que je fais, ce que j’écris, de quoi ça parle. Même mes filles et encore moins mes gendres ! Je supporte encore moins qu’on me dise comme quand j’étais ado : bon t’as fini là faut mettre la table !

Pour moi l’important est de savoir que l’homme que j’aime existe, qu’il est là, qu’il reviendra. Qu’il joue au tennis, qu’il fasse de la planche à voile si il veut moi je n’aime pas ça, et je suis plus détendue à mon cours de danse si il ne me regarde pas.

Je me souviens de la première fois où j’ai du faire des courses pour manger avec un garçon. J’étais très gênée !

Ben oui, moi je faisais les courses avant le RV seule, je préparais un petit dîner. Mais pousser le caddie à deux, non ça me gênait !

Je ne dis pas que ce n’est agréable une fois de temps en temps, mais faire ça tous les samedis à deux, bof !

Le paradoxe c’est justement ça : il y a des choses que je veux faire seule, donc c’est mieux que tu ne sois pas là, que tu fasses autre chose !

Une amie me disait qu’elle aime être seule : j’aime autant que mon mari et mes deux garçons aille faire autre chose quand je fais le ménage ! Je ne les ai pas dans les pattest !

Beaucoup disent que la retraite n’est pas si facile, être tout le temps ensemble, surtout si l’autre n’a jamais appris à s’occuper en dehors du travail.

Je ne peux pas non plus raconter tous les détails de ma vie, surtout ceux sans intérêt. J’ai entendu un jour un homme appeler sa femme. j’étais surprise par la foule de détails qu’il lui donnait. Cela m’agacerait vite. Bien sûr cette femme peut dormir tranquille, elle sait tout sur tout (ou alors c’est elle qui a peur et veut tout savoir).

Mais quelle place pour le rêve et le mystère !

Je préfère qu’on me dise : tiens je suis tombé sur un livre qui a l’air passionnant !

Bien sûr que je peux me sentir seule, souffrir de solitude.. Mais ça ne veut pas dire que je veux être étouffée !

Paradoxe

 

J’ai souvent ressenti cela sans être capable de l’exprimer.

C’est difficile à expliquer comme tous les paradoxes. Cela a commencé très jeune.

Celui avec qui je veux être tout le temps. Celui dont la présence est une fête, chaque seconde est précieuse, un trésor que l’on ne veut pas gâcher.

Du temps de Laurent, cette sensation était rare. Sûrement parce que la vie n’est pas la même quand on est jeune. Quand Laurent venait chez moi, ou plus exactement dans la petite maison de campagne chez mes parents, nous nous enfermions dans ma chambre, ou alors je le regardais bricoler mon solex. Ou encore j’allais chez lui le regarder bricoler et parler. Ou nous nous promenions dans les champs.

Une heure, deux heures quelques heures.

La sensation commence quand celui avec qui je veux être tout le temps est là, chez moi longtemps, très longtemps. Je ne peux rien faire si je suis chez moi (le cas le plus classique).

Je ne peux rien faire, rien entreprendre, rien commencer parce qu’il est là. Parce que j’ai envie de goûter chaque seconde de sa présence, et que si je fais autre chose, je vais le regretter ensuite, j’aurais pu attendre un peu.

Je ne peux rien faire car toutes mes pensées vont vers lui. Si une autre personne est là, ou plusieurs, je n’aurais pas envie de lui parler, je serai impolie, ou aors totalement distraite en faisant semblant d’écouter.

Je ne peux pas m’éloigner car j’aurais peur de l’abandonner, peur qu’il s’ennuie. Un invité de marque pour qui rien n’est trop beau, rien n’est trop bien.

Du temps de Laurent, cela m’arrivait rarement, sauf quand il y avait beaucoup de monde à la maison. J’étais chez mes parents, je n’avais pas de devoirs, de choses à faire….
Mais il m’est arrivée d’etre partagée, tiraillée, entre ces gens avec qui j’aurais aimé parlé plus et l’envie d’être avec lui, avec lui seul. J’aurais été plus détendue en son absence, et pourtant j’avais envie qu’il soit là.

Plus tard en grandissant, et avec d’autres j’ai retrouvé ce paradoxe. Chez moi uniquement. Cela suppose bien évidemment que l’on ne vive pas ensemble.

Je ne peux pas faire une lessive, ouvrir un livre, allumer mon pc parce que tu es là. Ça ne veut pas dire que les corvées me tentent, loin s’en faut, mais il y a des choses que j’ai prévu de faire…

Et c’est là justement qu’arrive le fameux paradoxe, la fameuse sensation :

Je voudrais que tu t’en ailles car je goûte trop ta présence et je ne peux rien faire d’autre !

Avec Tristan cela arrive rarement car nos heures sont courtes. Mais c’est arrivé pourtant une ou deux fois où il avait plus de temps. Nous avons vite trouvé un moyen de nous occuper ensemble : une douche… Ou alors un café partagé ou une grande balade dans les bois. Comme nous parlons beaucoup tous les deux pas de problèmes.

Sûrement qu’il faut profiter des ces moments… De ce paradoxe. Mon auteur préféré a écrit que toute passion finit par s’affaiblir :

On ne peut pas vivre constamment avec le coeur battant, les jambes qui flageolent, les yeux dans le vague et le stylo en l’air. Un jour ou l’autre on recommence à vivre normalement, à reprendre ses activités.

En est-il de même pour le paradoxe ? Un jour on ne fait même plus attention à la personne qui vit à côté de vous ?

Le grand manitou m’en a préservé je n’ai jamais vécu avec une passion.

Ce paradoxe me gênati, me chatouillait. C’est tout de même un comble de vouloir qu’il s’en aille ! Je ne devrais pas penser ça !

Je ne l’ai bien entendu jamais dit à Tristan :

Je voudrais que tu t’en ailles car je goûte trop ta présence et je ne peux rien faire d’autre !

Mais lui me l’a dit !

Pas de cette façon là mais autrement :

- Je ne peux pas travailler si tu es à côté de moi ! Je ne peux pas me concentrer, j’ai tout le temps envie de te sauter dessus. J’ai l’esprit qui vagabonde depuis que je te connais. il faut qu’on se dise au revoir sinon je ne serai bon à rien, je ne pourrais rien faire

Un vrai sketch

mandarine.JPG
 

J’ai souvent parlé de Mandarine ici, et de choses bien pratiques comme le mini chat qui évite de passer 20 minutes à écouter de la musique en attendant un conseiller !

J’ai déménagé, changé de département, on m’a attribué un nouveau numéro.

Ah bon, je croyais que c’était fini tout ça comme les plaques d’immatriculation ? Ah non ma petite dame, pas le choix, faut changer de numéro !

Il est vrai que j’ai une “vraie” ligne, une vraie prise téléphone dans le mur où mon téléphone est branché, je suis anti VOIP.

Bref ça a été très rapide, un peu compliqué pour la facturation… et que je te fais payer une ouverture ligne pour te rembourser après... Mais passons.

Problème depuis que je suis installée en mai, je n’ai pas pu mettre en route la messagerie vocale. Un message me dit que désormais il faut appeler le service client !

Merzut ! Surtout que pour moi c’est une formalité, vu que le nombre de lignes que j’ai eu, plus celle de Martine, mettre en route un répondeur c’était facile, alors pourquoi nous embêter en nous obligeant à appeler le service client ?

J’ai essayé en ligne sur le site puisque c’était possible. Ça n’a pas marché. Je remettais sans cesse au lendemain mon appel au service client de Mandarine.

Les vacances sont finies, je tente encore d’appeler le 3103 de mon fixe pour voir… Toujours le même message.
J’essaye d’appeler Mandarine, musique, musique, le mini chat reste muet trop longtemps aussi. Normal il est 20 h.

Donc le lendemain au bureau je lance le mini chat ce qui permet de continuer à travailler en attendant “temps d’attente estimé à 2 minutes”. Bon bien sûr je réponds de manière un peu plus “distinguée” en vrai, sans les ben, les mouais, mais le fond de l’histoire est intacte…

nb : J’ai noté quelques précisions pour ceux qui ne connaissent pas Mandarine…

Et je précise que jusqu’à maintenant le mini chat m’avait toujours bien répondu et qu’il ne s’agit pas de conseiller virtuel (comme Eudé-Effe par ex)

******************************

Bonjour Alice à votre service,que puis-je pour vous ? 

Depuis mon déménagement, j’ai un nouveau numéro et je ne peux pas accéder à la messagerie vocale 3103 de ma ligne fixe… J’ai un message qui me dit qu’il faut appeler le service client pour la créer. 

 (après 3 mn d’attente)

Pouvez vous me donner l’adresse de votre messagerie ?

Ben non je parle de ma messagerie vocale 3103, mais si vous voulez mon adresse postale la voilà 5xxx et je vous redonne le numéro de la ligne : XX XX

pour info avant de lancer le mini chat on répond à des tas de questions, quel est votre problème etc, y compris mon nom et le numéro de la ligne concernée soit ma ligne fixe !

Avez-vous essayer le 3103 ?

Ben oui, mais j’ai un message qui me dit : contactez votre service client etc… Comme je vous le dis dans la question initiale…

C’est pas ce que j’ai dit tout au début ?

Avez-vous essayé le 3203 ?

pour info le 3203 est le numéro pour interroger la messagerie… quand elle a été crée bien sûr !

Ben ça ne marche pas puisque la boîte n’a pas été créée !

Avez-vous essayé le 888 ?

Non mais elle lit ce que j’écris ou elle mélange 2 conversations MSN ? La voilà qui parle de mon mobile !

pour info le 888 est le numéro de la boîte vocale des portables Mandarine.

Non j’utilise le 888 pour mon tél portable, mais là je vous parle de ma ligne fixe !

Le 888 sert aussi bien pour le téléphone fixe que pour le portable.

Mouais. Mais là je ne suis pas chez moi !

Quand vous rentrerez chez vous essayez de faire le 3103 ou le 888 et vous pourrez créer votre boîte vocale !

…merci madame bonne journée…

En réalité, j’ai été tentée de déconnecter dès qu’elle m’a parlé de 888, persuadée qu’elle ne savait pas de quoi elle parlait et me menait en bateau…
bien tentée de dire : laissez tomber, je vais me débrouiller !

Quand je suis rentrée, le 3103 m’a répondu par miracle : bienvenue dans votre boîte vocale !
Moi je dis que la petite dame a créé ma boîte tout simplement ou dépanné ma ligne (ou plutôt l’a fait faire) et ne veut pas le dire !


Quant au 888 bien entendu il ne fonctionne pas à partir du fixe !

Un vrai sketche de Fernand Raynaud !

Ça me rappelle mon gendre Jim qui s’était fait volé sa voiture avec ses papiers dedans, il va déposer plainte à la gendarmerie et on lui demande ses papiers, si si ! Et on lui dit même que porter plainte ne sert à rien. Ben oui mais l’assurance, elle me le demande, toi yen a comprendre ?

mardi 25 août 2015

Escalier et pastèque

Je suis de retour…. Fatiguée, plein de choses à ranger…
Ce n’est pas cette semaine que je vais me remettre à écrire des billets,
…alors en attendant, ce sera escalier et pastèque !

escalier.jpg
 
pasteque.jpg
 

 

- page 1 de 309